Problèmes d’eau à Hemmingford

Problèmes d’eau à Hemmingford

L’avis d’ébullition de l’eau qui est en vigueur depuis le début du mois de septembre

La présence de coliformes fécaux dans le puits du village de Hemmingford, décelés au mois de septembre 2013, a forcé le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) du Québec, à imposer un avis d’ébullition de l’eau, qui est toujours en vigueur à ce jour.  Plus de 26 000$ ont été déboursés par la municipalité jusqu’à présent et la facture pourrait encore augmenter.

Des délais pour obtenir les équipements de remplacement requis et l’attente des résultats d’analyse de la qualité de l’eau expliqueraient cette situation qui perdure.  «Je suis très découragée, explique Pascale Giroux, directrice générale adjointe de la municipalité.  Les citoyens appellent ici et pensent qu’on ne fait rien.  Ce qui nous tue, c’est l’attente.» 

Selon le directeur régional adjoint du MDDEFP, Daniel Savoie, la présence de la bactérie a été détectée lors des analyses effectuées les 3, 11 et 14 septembre.  Par la suite, la municipalité a traité et chloré l’eau puis la bactérie n’a plus jamais été détectée.

Attente

Le problème est que les résultats obtenus grâce à l’analyseur de chlore utilisé par la municipalité sont faussés par la présence d’un minerai dans l’eau de la région, le manganèse.  «Pour le ministère, ce qui est important, c’est que le traitement soit adéquat, soutient M. Savoie.  La municipalité doit faire la preuve que leur traitement est efficace, ce qu’elle n’a pas fait jusqu’à maintenant.  La présence de manganèse dans l’eau vient fausser la lecture et donc, elle ne peut pas se conformer à la règlementation.»

La municipalité est en attente d’un kit d’analyse de l’eau qu’elle doit recevoir prochainement.  Le délai de livraison de cet équipement était de trois semaines.  Si tout va bien, les dernières analyses devraient être complétées au cours de la première semaine d’avril, puis un ingénieur devra produire un rapport, qui sera remis du ministère.  Si la municipalité obtient une réponse positive du MDDEFP dans la semaine du 14 au 18 avril, on peut envisager une levée de l’avis d’ébullition de l’eau au cours de la semaine suivante, selon Mme Giroux. 

Les autorités de la municipalité n’ont pas encore trouvé la source de la contamination du puits.  C’est la première fois qu’une telle situation survient à Hemmingford.  La municipalité ne possède qu’un seul puits, donc s’il y a un problème avec l’eau, il n’y a pas de solution de rechange.  «On envisage de creuser un deuxième puits, explique Mme Giroux.  C’est dans le budget.  On a déjà un terrain.»

Trop long

De l’avis de Sylvie Pankiewiez, une citoyenne qui possède un commerce dans le village de Hemmingford, la situation perdure depuis beaucoup trop longtemps.  «On paye pour le service d’eau.  Il faudrait que ce soit arrangé.  Il y a des gens qui ne font plus bouillir l’eau, ils sont tannés.»

Pourtant, le MDDEFP est catégorique, l’eau ne répond pas à la réglementation, pour le moment.  «Ce n’est pas parce que ça fait longtemps qu’il faut arrêter de faire bouillir l’eau, rappelle M. Savoie.  C’est s’exposer à des risques.»

Selon Mme Giroux, la municipalité a été très diligente et fait tout ce qui en son pouvoir pour corriger la situation le plus rapidement possible.  «Les conseillers et le maire sont aussi désespérés, souligne-t-elle.  Ils demeurent ici et eux aussi doivent faire bouillir leur eau.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires