Un enseignant de Saint-Rémi se porte candidat d’Option nationale dans Sanguinet

Par Ali Dostie
Un enseignant de Saint-Rémi se porte candidat d’Option nationale dans Sanguinet
<span style="font-size: 10.0pt; line-height: 115%; font-family: 'Arial'

L’enseignant en histoire Robert Moreau ne cesse de faire valoir à ses élèves l’importance de la politique, l’importance de s’informer et de s’impliquer. Il passe ainsi de la parole aux actes, entamant une campagne électorale comme candidat d’Option nationale dans la circonscription de Sanguinet.

 

« Ils ont trouvé que c’était conséquent avec ce que j’enseigne! », partage M. Moreau, enseignant auprès des élèves de secondaire 2, 3 et 5 à l’école Pierre-Bédard de Saint-Rémi.

Militant au sein d’Option nationale depuis plus d’un an, sa candidature s’avère un véritable premier saut en politique, pour lequel il a pesé le pour et le contre. « Comme bien des gens, j’ai l’impression qu’on se trouve dans un creux de vague depuis plusieurs années. Étant indépendantiste, le principal véhicule [que je pouvais emprunter], c’est Option nationale », fait savoir M. Moreau.

Déplorant que le Parti québécois ne parle pas suffisamment d’indépendance, il croit en la mission d’Option nationale, qui place le projet de souveraineté devant tout.  M. Moreau sentait également qu’il avait sa place dans ce nouveau parti. « On peut carrément discuter d’indépendance sans devoir défendre des vieilles choses, d’anciennes actions, comme c’est le cas dans les "vieux partis", bien que je n’aime pas cette expression" », exprime-t-il.

Il estime qu’une alliance entre Option nationale et Québec solidaire pouvant rassembler les votes souverainistes n’est pas souhaitable dans l’immédiat. « Ce n’est pas le bon moment pour ça. Mais il est vrai que des discussions devront avoir lieu avec les tous les acteurs », nuance M. Moreau.

Parler de la démarche

Bien qu’il souhaite s’investir pleinement dans sa campagne, M. Moreau continuera à enseigner l’histoire aux élèves de l’école Pierre-Bédard.

« Je ne prendrai pas position, j’ai un devoir de réserve.  Je ne veux pas influencer ou endoctriner, mais on va parler de la démarche », soulève celui qui a toujours insisté dans son enseignement sur l’importance du débat, de prendre position, d’aller chercher l’information, ce qui s’avère beaucoup plus facile pour les jeunes d’aujourd’hui, avec le Web au bout des doigts.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires