Une nouvelle Expérience Plein Air offerte à L’Estacade

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Une nouvelle Expérience Plein Air offerte à L’Estacade
Les visiteurs pourront faire de la voile, du tir à l'arc et de la tyrolienne à L'Estacade. (Photo : gracieuseté)

ACTUALITÉ. Pour la toute première fois depuis sa fondation, il y aura bientôt 40 ans, le centre de plein air L’Estacade, situé à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, ouvre ses portes au grand public, les fins de semaine. Les familles sont invitées à réserver pour pratiquer l’une ou l’autre des nombreuses activités qui y sont offertes et pour profiter d’une des plus belles plages aménagées sur la rivière Richelieu. 

L’Estacade ouvre donc ses portes au public dans le cadre de sa participation au projet Alo Richelieu, qui a démarré à la fin du mois de juin. Cette initiative vise à faire du sud de la rivière Richelieu une véritable attraction touristique. L’ensemble des municipalités riveraines y participent.  

Parmi les activités offertes, on compte le tir à l’arc, un parcours d’hébertisme, une tyrolienne de 52 pieds de long qui passe au-dessus d’un lac, à 25 pieds dans les airs, le canot, le kayak, les cours de voile, sans compter la possibilité de pique-niquer sur un site enchanteur et de profiter de sa magnifique plage.

Ces activités sont offertes à toute la famille, dès 5 ans. Toutes ces activités sont encadrées par des animateurs de L’Estacade qui guident les visiteurs et leur montrent comment utiliser les installations. 

Il est important de savoir qu’il faut réserver avant de se rendre sur place. Pour ce faire, il suffit de visiter le site Internet lestacade.ca.

COVID-19

Cette nouvelle activité tombe à point pour L’Estacade, qui avait annoncé, au début du mois de mai, qu’elle n’organiserait pas de camps de vacances cet été, bien que cela est permis depuis le 25 juin. 

« Au moment de l’annonce de la réouverture des camps, on ne connaissait pas les mesures sanitaires qui allaient devoir être appliquées, explique Yannick Godin, directeur général de L’Estacade. Ça nous forçait à embarquer dans quelque chose qu’on ne connaissait pas, tant du côté monétaire que sécuritaire. La réponse est aussi venue trop tard. Nous avons besoin de temps pour embaucher du personnel et le former. »

La fermeture forcée des camps de vacances à l’été 2020, en raison de la pandémie, a donné un dur coup à cette industrie. Normalement, L’Estacade a des revenus annuels d’environ 300 000 $, mais avec la pandémie et l’annulation de nombreuses sorties scolaires au cours de la dernière année, cet organisme peine à atteindre les 75 000 $ en revenus. C’est la raison pour laquelle les camps de vacances demandent une aide de 10 M$ au gouvernement. 

« Nous avons d’importants coûts fixes à couvrir, précise M. Godin. On parle d’environ 200 000 $ par année. Il faut entretenir les bâtiments, le terrain, il y a l’électricité et le personnel. Ça fait maintenant deux étés que nous sommes affectés. J’espère que le gouvernement va comprendre notre situation. » 

AUTRES PROJETS

Heureusement, L’Estacade a mis sur pied plusieurs autres projets qui lui permettent de garder la tête hors de l’eau. 

Avec l’aide de la MRC du Haut-Richelieu et des écoles, L’Estacade a mis sur pied le projet ImplicAction. Les municipalités rurales du Haut-Richelieu devaient sélectionner 30 jeunes âgés de 12 à 16 ans, qui ont fréquenté L’Estacade toutes les fins de semaine, pendant un an, pour préparer un projet qu’ils ont livré dans leur municipalité.

« À Saint-Blaise, ils ont monté un gym, tandis qu’à Noyan, ils ont créé un club de plein air, dit M. Godin. À Laoclle et Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, ils sont passés dans les rues pour faire le ménage et expliquer aux citoyens comment récupérer et composter. »

L’Estacade accueille aussi un nombre record de jeunes qui sont inscrits au camp de jour municipal de Noyan, Clarenceville, Lacolle et Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, qui se tient à cet endroit. Cela représente une hausse d’environ 50 jeunes, par rapport aux années antérieures. 

« L’Estacade est toujours vivante, mais nous avons hâte que la pandémie passe pour que nous puissions recommencer, conclut M. Godin. Côté monétaire, nous avons connu de meilleures années, mais la communauté nous fait confiance. Cet été, pour la première fois de notre histoire, nous invitons les gens du public. Nous espérons que la communauté va nous encourager dans ce projet. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires