Fonds d’appui au rayonnement des régions: une somme de 8,6 M$ allouée à divers projets

Fonds d’appui au rayonnement des régions: une somme de 8,6 M$ allouée à divers projets

L'an dernier, le Fonds d'appui au rayonnement des régions a notamment permis d'améliorer la Montérégiade, la piste cyclable qui relie Saint-Jean et Granby.

Crédit photo : Le Canada Français - Archives

ACTUALITÉ – Les projets qui seront soumis dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) pour l’ensemble de la Montérégie bénéficieront d’une somme totale de 8,6 M$ pour l’année 2018-2019.

Ce montant découle d’une enveloppe de 47 M$ répartie sur cinq ans annoncée l’an dernier par la ministre responsable de la région, Lucie Charlebois. En 2017, c’est une somme de 4,6 M$ qui avait été accordée.

Le FARR vise à financer des projets de développement, alignés sur les priorités déterminées par chacune des régions. Les projets porteront «la marque distinctive du rayonnement régional», indique le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT). Le FARR touche toutes les régions du Québec, à l’exception de celles de Montréal et de la Capitale nationale.

Le FARR a subventionné 18 projets en Montérégie en 2017-2018. Un seul a été réalisé dans le Haut-Richelieu. Il s’agit de l’aménagement du réseau cyclable. Un montant de 413 967 $ a été avancé pour l’asphaltage et l’amélioration des équipements de la piste Montérégiade 1.

Dans les Jardins-de-Napierville, ce sont 307 442 $ qui ont été octroyés en 2017-2018 pour la réfection du Sentier du Paysan et l’analyse du Circuit du Paysan. De cette somme, 134 000 $ ont été remis au Pôle d’excellence en lutte intégrée (PELI), qui est chapeauté par le Centre local de développement des Jardins-de-Napierville, pour la mise en œuvre d’une plateforme d’échange d’information.  Le mandat du PELI est de faire connaître les méthodes alternatives à l’utilisation des pesticides en agriculture.

Modalités

Le programme s’adresse aux organismes municipaux ainsi qu’à ceux des réseaux de l’éducation et à but non lucratif, aux entreprises privées et d’économie sociale (sauf celles reliées au secteur financier), aux coopératives ainsi qu’aux personnes morales qui veulent lancer une entreprise.

Pour être admissible, un projet doit contribuer à l’attractivité des milieux de vie ou au développement d’entreprises. Il doit participer à l’attractivité des milieux de vie et bonifier les conditions liées au désir de séjourner dans un milieu à des fins touristiques, ou encore de s’y établir ou y demeurer et de  contribuer à sa prospérité, précise le MAMOT. Il peut aussi s’agir d’un projet qui facilite le développement d’entreprises s’il vise la mise en place d’une nouvelle entreprise ou la croissance d’une entreprise existante.

Aide maximale

Les projets doivent de plus être réalisés en Montérégie, concorder avec les priorités et avoir un rayonnement régional. Rappelons que la liste des priorités a été établie l’an dernier par les préfets des MRC de la Montérégie, dont celui du Haut-Richelieu.

L’aide financière maximale à l’entreprise privée est de 25 % des dépenses admissibles. Pour tout autre projet, l’aide financière maximale est de 80 % des dépenses admissibles. Tout organisme admissible ne peut recevoir du FARR, plus de 160 000 $ par projet. Le montant de l’aide financière minimale est de 20 000 $.

Dépôt de projets

Le MAMOT a ouvert la période de dépôt de candidatures de projets il y a quelques jours. Les organismes, entreprises et personnes intéressés à soumettre un dossier ont jusqu’au 28 septembre pour le faire.

Pour obtenir de l’information supplémentaire sur le FARR ou pour le dépôt d’une candidature, il faut contacter la direction régionale du MAMOT au 450 928-5670 ou à dr.monteregie@mamot.gouv.qc.ca.

(Avec la collaboration de Marc-André Couillard)

Poster un Commentaire

avatar