Incendie à Sherrington: un locataire sauvé par son chat

Incendie à Sherrington: un locataire sauvé par son chat

Le chat de Maximilien Chagnon a été blessé dans l'incendie.

Crédit photo : gracieuseté

ACTUALITÉ – Maximilien Chagnon a eu chaud. Il fait partie des locataires qui ont tout perdu dans l’incendie de leur immeuble à logements, le 5 janvier, à Sherrington. C’est son chat, apeuré, qui l’a sorti de son sommeil, ce qui lui a permis d’évacuer avant que le feu ne ravage complètement le bâtiment.

À lire aussi: Sherrington: un violent incendie ravage un immeuble

«C’est mon chat qui m’a réveillé en s’agrippant à ma cuisse avec ses griffes», explique M. Chagnon. C’est à ce moment qu’il a entendu des gens crier, à l’extérieur. Il a à peine eu le temps de consulter son cellulaire, qui indiquait 1 h 24, lorsqu’il a ouvert la porte de son appartement. C’est alors qu’un pompier l’a pris par l’épaule, pour le conduire à l’extérieur.

L’an dernier, les pompiers avaient installé un détecteur de fumée chez M. Chagnon. Quelques jours avant l’incendie, les pompiers avaient fait leur tournée des appartements pour vérifier l’état des appareils et pour remettre des piles neuves aux locataires.

«La boucane commençait à entrer dans l’appartement, explique-t-il. Je voyais les flammes sur le bord de la fenêtre de la cuisine. Quand je suis sorti dehors, j’ai vu le nuage de fumée qui cachait complètement le bloc.

M. Chagnon a été évacué en vitesse, n’ayant d’autre choix que de laisser son chat derrière. Ce n’est qu’une heure plus tard que les pompiers ont communiqué avec lui pour lui dire qu’ils l’avaient retrouvé.

«Le cœur m’a arrêté lorsqu’ils m’ont dit qu’ils avaient trouvé un chat noir, raconte M. Chagnon. Mon chat est gris et blanc. Il a des brûlures au ventre et sous les pattes, il n’a plus de moustaches et il a les oreilles retroussées. Le pompier m’aurait sûrement trouvé dans le même état, si mon chat ne m’avait pas réveillé.»

Il a amené son chat blessé à la clinique vétérinaire des Patricotes, à Napierville, qui a offert de le soigner gratuitement, en le gardant à vue, sous soluté, pendant 24 heures. «Cette clinique me rend un énorme service», dit M. Chagnon.

Aide

La fabrique et la municipalité se mobilisent pour venir en aide aux locataires qui ont tout perdu dans cet incendie.

Au moment d’écrire ces lignes, des rencontres devaient encore se tenir afin de déterminer quelle forme cette aide allait prendre.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar