La police enquête sur la planification d’événements impliquant drogue et actes sexuels non consentants

Actualité. À la veille d’un après-bal de finissants du secondaire qui doit se tenir le 29 juin, à Saint-Calixte, le Centre de services scolaire des Grandes-Seigneuries (CSSDGS) a été informé d’une rumeur qui a circulé sur Internet selon laquelle des élèves planifieraient de profiter de cette occasion pour y tenir des événements disgracieux, en lien avec de la drogue et des actes sexuels non consentants. Une enquête policière est en cours.

Les parents des élèves de 4e et 5e secondaire de tout le territoire du CSSDGS ont été informés de la situation. Une lettre qui leur a été envoyée le 25 juin par la direction générale du CSSDGS et le service des enquêtes de la Régie intermunicipale de police de Roussillon.

Enquête

Une enquête du Service de police est en cours pour déterminer l’exactitude des informations obtenues et pour procéder à des arrestations, s’il y a lieu.

« Les policiers prennent ces rumeurs très au sérieux et ils vous recommandent d’être extrêmement vigilants et même de reconsidérer la présence de votre jeune à cette soirée, s’il avait prévu y être », peut-on lire dans cette lettre envoyée aux parents.

La Sûreté du Québec, qui dessert le territoire de Saint-Calixte, a été avisée de la situation et prévoit déployer des effectifs lors de cette soirée.

Nous croyons qu’il s’agit d’une occasion pour vous, si ce n’est pas déjà fait, d’ouvrir le dialogue avec votre enfant pour le sensibiliser, notamment, aux conséquences d’une consommation excessive et aux autres abus possibles pouvant entraîner des répercussions négatives sur lui ou sur autrui.

La direction générale du CSSDGS

Aucune surveillance

Les élèves de toutes les écoles secondaires sont concernés par cette mise en garde, puisque selon le CSSDGS, des élèves de plusieurs écoles ont prévu participer à cette traditionnelle fête de fin de parcours scolaire, qui est cependant de nature privée.

« Nous tenons à vous souligner que cette soirée ni aucune autre soirée de type après-bal n’est organisée par l’une ou l’autre des écoles secondaires du CSSDGS et que, contrairement au bal, aucun membre de notre personnel n’y sera pour assurer une surveillance et un encadrement », précise le CSSDGS dans son communiqué.