Les États-Unis enverront 31 chars de combat «M1 Abrams» en Ukraine

Lolita C. Baldor et Tara Copp, The Associated Press
Les États-Unis enverront 31 chars de combat «M1 Abrams» en Ukraine

WASHINGTON — Les États-Unis enverront 31 chars de combat «M1 Abrams» en Ukraine, ont annoncé mercredi de hauts responsables de l’administration Biden, après des mois de déclarations selon lesquelles ces chars seraient trop difficiles à exploiter et à entretenir pour les militaires ukrainiens.

La décision américaine est intervenue peu après que l’Allemagne a accepté d’envoyer elle-même 14 chars Leopard 2 A6 de ses propres stocks. Berlin avait déclaré que les Léopard ne seraient pas envoyés à moins que Washington ne mette ses Abrams sur la table, ne voulant pas encourir la colère de la Russie sans que les États-Unis n’engagent de la même manière leurs propres chars.

Berlin et Washington ont depuis participé à de «bonnes conversations diplomatiques» qui ont fait la différence et font partie du «changement extraordinaire de la politique de sécurité de l’Allemagne» concernant la fourniture d’armes à l’Ukraine depuis l’invasion russe il y a 11 mois, a déclaré un haut responsable de l’administration, qui a informé les journalistes mercredi sous couvert d’anonymat pour décrire le nouveau lot de chars avant l’annonce.

Le lot américain de 400 millions $ US annoncé mercredi comprend également huit véhicules de dépannage M88 – des véhicules à chenilles ressemblant à des chars, qui peuvent remorquer l’Abrams.

Au total, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Pologne, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suède enverront des centaines de chars et de véhicules blindés lourds pour renforcer l’Ukraine, alors que ce pays entre dans une nouvelle phase de la guerre et tente de percer les lignes russes retranchées.

Le Canada, qui possède 112 chars Leopard 2, n’a pas encore annoncé sa décision. 

On sait peu de chose pour l’instant sur les chars américains qui seraient envoyés – s’ils seraient retirés du stock existant de plus de 4000 chars Abrams et modernisés, si les États-Unis utiliseraient l’Initiative de soutien à la sécurité de l’Ukraine pour acheter de nouveaux systèmes pour éventuellement réarmer les alliés qui vont envoyer leurs propres systèmes, ou si Washington achèterait de nouveaux systèmes pour l’Ukraine.

Quoi qu’il en soit, il faudra probablement plusieurs mois avant que ces chars américains ne soient réellement sur le champ de bataille — et pas à temps pour l’«offensive du printemps» prévue par Moscou. 

L’ambassadeur de Russie en Allemagne, Sergeï Nechayev, a qualifié mercredi d’«extrêmement dangereuse» la décision de Berlin d’envoyer des chars Leopard 2 en Ukraine.

M. Nechayev a soutenu dans un communiqué en ligne que cette décision «faisait passer le conflit à un nouveau niveau de confrontation et contredisait les déclarations des politiciens allemands sur leur réticence à s’y impliquer».

Les États-Unis avaient jusqu’ici résisté à fournir de leurs propres chars M1 Abrams à l’Ukraine, invoquant des problèmes de maintenance et de logistique importants et complexes avec ces véhicules de haute technologie. 

Washington soutenait qu’il serait plus productif d’envoyer des Leopard allemands, car de nombreux alliés en ont et les troupes ukrainiennes auraient besoin de moins d’entraînement que sur les Abrams.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires