Amiante : dans quels matériaux se cache-t-elle?

Amiante : dans quels matériaux se cache-t-elle?

Si votre maison a été construite entre 1929 et 1984, elle est susceptible d’avoir été bâtie avec des matériaux contenant de l’amiante. Les effets néfastes de cette dernière pour le système respiratoire, entre autres, n’étant plus à prouver, il est important d’entreprendre quelques vérifications chez vous, afin d’être en mesure d’identifier si vous êtes touché par cette situation. Si tel est le cas, une décontamination d’amiante pourrait s’avérer nécessaire. Mais dans quels matériaux peut-on potentiellement retrouver cette substance?

Détecter l’amiante

Il y a présence d’amiante dès que la concentration de celle-ci, sur un matériau, atteint 0,1%. Il est impossible de voir, simplement à l’œil nu, s’il y a présence d’amiante sur une surface. La seule façon de savoir s’il y a danger ou non est de procéder à une analyse, effectuée en laboratoire spécialisé, sur un échantillon des matériaux suspectés comme étant contaminés. Celle-ci déterminera le type et le taux d’amiante, et indiquera donc s’il y a nécessité de procéder à une décontamination d’amiante.

L’amiante est néfaste pour la santé lorsqu’elle libère ses fibres dans l’air et que ceux-ci sont inhalés. La condition première pour qu’une telle situation se produise est l’état des matériaux spécifiques la renfermant. Une structure adéquate, où il n’y a aucune trace de moisissure ni de détérioration quelconque, est moins susceptible de vous placer en situation de précarité. Par contre, dès les premiers signes constatés de dégradation des matériaux, il faut commencer à envisager la possibilité d’une contamination.

Entreprendre des vérifications

Plusieurs matériaux contiennent possiblement de l’amiante. Les produits utilisés pour la construction et la finition des murs, autant que des plafonds, tels que le plâtre, les panneaux de gypse (si fabriqués avant le 1erjanvier 1980) et de plafond suspendus, le stuc et le crépi en sont quelques exemples.

L’isolation peut aussi avoir été faite avec des matériaux contenant cette substance : l’isolant de vermiculite est particulièrement vulnérable et présente de grands risques de contamination. D’autres types d’isolants problématiques peuvent également avoir été utilisés, notamment autour des conduites de ventilation, du système de chauffage (chaudière), etc.

L’extérieur de l’habitation doit aussi faire l’objet de vérification. Les bardeaux d’asphalte et la sous-couche de feutre sur la toiture peuvent renfermer de l’amiante. C’est le cas également pour différents types de panneaux de revêtement extérieur, principalement ceux fabriqués en fibrociment, ainsi que pour les panneaux de soffite.

L’amiante peut donc se retrouver dans une grande variété de matériaux de construction, utilisés pour ériger tout type d’habitation. Entreprendre vous-mêmes une première inspection des lieux est une excellente idée. Évitez toutefois de toucher n’importe quel matériau fissuré, déchiré ou présentant des signes d’endommagement provoqué par l’eau. Vous pourriez, sans le vouloir, détacher des fibres d’amiante et ainsi contribuer à les répandre dans l’air.

Il faut donc absolument faire appel à des professionnels reconnus, dès que vous serez en présence du moindre doute concernant une possible contamination par l’amiante. Soucieux du respect des protocoles en vigueur pour vous protéger des conséquences désastreuses pouvant être engendrées par cette substance, ceux-ci agiront efficacement et procéderont rigoureusement à toutes les étapes nécessaires, si une décontamination d’amiante était malheureusement à envisager, pour votre sécurité.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires