Candidate de la CAQ dans Huntingdon: Claire Isabelle clarifie les engagements de son parti

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Candidate de la CAQ dans Huntingdon: Claire Isabelle clarifie les engagements de son parti
Claire Isabelle se présente pour une troisième fois sous les couleurs de la CAQ, dans Huntingdon. (Photo : gracieuseté)

ÉLECTION – La candidate de la Coalition Avenir Québec dans Huntingdon, Claire Isabelle, entame la dernière portion de la campagne électorale en multipliant les visites sur le terrain et en rappelant les engagements de son parti, que ce soit la réforme du mode de scrutin, la refonte de la fiscalité agricole ou encore l’abolition des élections scolaires.

Mme Isabelle a récemment publié une vidéo sur sa page Facebook dans laquelle elle réfute une affirmation de son adversaire libéral, Stéphane Billette. Dans un article publié dans le journal Le Suroît régional et agricole, le 19 septembre, M. Billette soutient que la mise en place d’un nouveau mode de scrutin proportionnel, comme le propose la CAQ, aurait pour effet de «démanteler tout le comté».

À cela, Mme Isabelle répond qu’il n’en est rien. «Sa crainte, je ne sais pas où il a pêché ça, dit-elle. Ça n’a même pas été discuté. C’est une campagne de peur et ce n’est pas ça pour moi, faire de la politique.»

Éducation

Mme Isabelle dit se présenter une troisième fois sous les couleurs de la CAQ «parce qu’il y a eu trop peu d’améliorations dans le comté», croit-elle.

«Au niveau de l’éducation, le taux de succès n’a pas augmenté dans la circonscription, déplore Mme Isabelle. D’où l’importance d’avoir des maternelles quatre ans.»

Elle rappelle que sa formation politique veut étendre le réseau Internet haute vitesse. «Des gens m’ont appelé, comme le maire de Havelock et le préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville, Paul Viau, pour me dire qu’ils veulent avoir accès à Internet haute vitesse, dit Mme Isabelle. C’est important pour les jeunes, pour l’éducation et pour les affaires.»

En ce qui a trait aux commissions scolaires, Mme Isabelle précise que la CAQ ne veut pas les abolir, mais plutôt les transformer, «pour offrir plus de services aux élèves.»

Elle rappelle aussi la volonté de son parti d’abolir les élections scolaires. «On a les conseils d’établissements dans les écoles, où les parents sont déjà bien représentés et ils font du très bon travail.»

Il y a déjà des maternelles quatre ans dans certaines municipalités, mais ce n’est pas seulement dans les milieux défavorisés qu’on a besoin de ça

Claire Isabelle, candidate de la CAQ dans Huntingdon

Agriculture

Mme Isabelle tient aussi à faire taire la rumeur selon laquelle la CAQ voudrait réduire le nombre de travailleurs agricoles étrangers.

«Le taux d’immigration qu’on veut faire baisser ne touchera pas du tout les travailleurs agricoles saisonniers, assure-t-elle. Ça s’adresse seulement à l’immigration économique, aux gens qui veulent rester ici.»

Dans un débat portant sur l’agriculture organisé par la Fédération de la relève agricole du Québec, Mme Isabelle rappelait que la CAQ ne s’oppose pas à ce qu’un fonds d’investissement, comme Pangea, achète des terres agricoles.

«Le rapport Pronovost, en 2015, n’a pas prouvé que Pangea a provoqué la hausse de la valeur des terres, dit-elle. Pangea est dans les coins où il y a peu ou pas d’acheteurs.»

Mme Isabelle est d’avis que si les agriculteurs n’adhèrent pas à ce modèle, la CAQ est ouverte à entendre leurs suggestions.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des