Grand Défi Pierre Lavoie: de l’équipement tout neuf à l’école Alberte-Melançon

Valérie Legault
Grand Défi Pierre Lavoie: de l’équipement tout neuf à l’école Alberte-Melançon
Le Dr Richard Dumouchel, au centre, entouré d'élèves et d'Éric Blackburn, directeur général de la Commission scolaire des Hautes-Rivières, Gabrielle Ménard-Audet, présidente du conseil d'établissement, Samuel Landry, enseignant d'éducation physique, Andrée Bouchard, présidente du conseil des commissaires, Simon Bélanger, directeur de l'école, et Dr Claude Rivard, président de l'Association des médecins omnipraticiens Richelieu-Saint-Laurent. (Photo : Le Canada Français - Kim Valiquette)

ÉDUCATION – C’est avec le sentiment du devoir accompli que le Dr Richard Dumouchel est entré à l’école Alberte-Melançon, à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix. Le médecin de la Clinique médicale du Coteau y a remis un don de 10 253 $ pour encourager les enfants à bouger dans le cadre du Grand Défi Pierre Lavoie.

Sa contribution est le fruit de sa participation au 1000 kilomètres à vélo qui se tenait en juin, entre Chicoutimi et Montréal. Durant les mois précédant le départ, il a concentré toutes ses énergies dans sa collecte de fonds et son entraînement.

«Ç’a été un bon défi pour mes 55 ans. Plusieurs de mes connaissances doutaient de ma capacité à le faire», avoue le responsable du groupe de médecine familiale du Coteau, dans le secteur Saint-Luc, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

En matière de prévention, j’adhère complètement à la mentalité de Pierre Lavoie. On sait comment les enfants ont tendance à moins bouger aujourd’hui.

-Dr Richard Dumouchel

Richard Dumouchel n’a jamais été aussi en forme de sa vie. Avec seulement dix heures de sommeil dans le corps, il a pédalé sur une distance de 500 kilomètres en trois jours. Le médecin faisait partie de l’une des deux équipes de la Fédération des omnipraticiens du Québec.

Course folle

«J’ai passé quatre jours dans un véhicule récréatif avec des personnes que je ne connaissais pas. C’était une course assez folle. On roulait même la nuit», raconte-t-il.

L’expérience s’est avérée à la fois éprouvante et exaltante. «Je suis très fier du résultat. Ça donne plus de poids de prêcher par l’exemple. Ma participation au défi a eu un effet d’entraînement sur ma clientèle, assure-t-il. Mes patients se sont dit «S’il peut le faire, moi aussi!» Il n’y a plus d’excuses. Pas besoin d’être un athlète!»

Le médecin natif de Napierville a naturellement porté son choix sur l’école primaire de Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix.

«C’est mon milieu, souligne-t-il. L’argent que j’ai récolté va permettre de renouveler l’équipement du gymnase, les gilets et le logo de l’équipe sportive interscolaire. Ce sera vraiment un plus pour l’école», estime-t-il.

Le Dr Dumouchel a eu la piqûre pour le vélo de route. L’impact de sa contribution lui a également donné envie de recommencer l’expérience cette année.

Il travaille à sélectionner une autre école qui profitera de sa prochaine campagne qui, souhaite-t-il, sera encore plus lucrative.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des