Détresse psychologique des agriculteurs: Québec verse une aide à l’organisme Au cœur des familles agricoles

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Détresse psychologique des agriculteurs: Québec verse une aide à l’organisme Au cœur des familles agricoles
Le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne et la ministre de la Santé, Danielle McCann, lors de l'annonce de l'aide versée par Québec, le 2 décembre, au CLSC de Saint-Rémi. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

AGRICULTURE – Le gouvernement du Québec verse une aide de 300 000 $ à l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA), pour qui vient en aide aux agriculteurs partout au Québec.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, en a fait l’annonce, le 2 décembre, au CLSC de Saint-Rémi, en présence du ministre de l’Agriculture, André Lamontagne. Cette somme permettra d’aider ACFA dans ses efforts de prévention en santé mentale auprès des agriculteurs et agricultrices et leurs proches, qui sont nombreux à souffrir de problèmes d’anxiété et de détresse psychologique.

ACFA offre un service d’aide de première ligne, notamment grâce à sa ligne d’aide téléphonique, sa maison de répit, située à Saint-Hyacinthe, mais surtout par le travail de ses travailleurs de rang qui, à la manière des travailleurs de rue, vont à la rencontre des agriculteurs pour leur apporter du soutien et de l’aide, directement sur leur lieu de travail, à la ferme.

«Je tiens à souligner le travail extraordinaire des travailleurs de rang qui veillent au mieux-être des agriculteurs et de leurs proches. Nous sommes fiers de soutenir une telle initiative», a déclaré la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

C’est la gorge nouée par l’émotion que le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a témoigné avoir assisté à une rencontre de quelque 200 jeunes agriculteurs à qui on a demandé s’ils connaissaient un proche qui s’est enlevé la vie récemment. «La moitié ou le trois quarts de la salle a levé la main», a-t-il raconté.

Bien que l’aide annoncée soit ponctuelle, M. Lamontagne s’est engagé à faire en sorte qu’elle devienne récurrente. «Nous allons travailler pour que cette aide demeure récurrente à partir de 2020-2021», a ajouté Mme McCann.

«La santé mentale est un enjeu de société. La situation dans le milieu agricole est très préoccupante, alors que les agriculteurs sont exposés à plusieurs facteurs de risque associés à la détresse psychologique et aux actes suicidaires, précise M. Lamontagne. Nous entendons poursuivre et élargir nos efforts pour répondre aux besoins grandissants d’aide psychologique des producteurs et productrices agricoles. Cette collaboration entre nos deux ministères sera bénéfique pour le bien-être de nos agriculteurs.»

Au cœur des familles agricoles

Jaclin Bisaillon est un producteur de grandes cultures de Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, mais c’est aussi le président du conseil d’administration d’Au cœur du jardin.

Il était, lui aussi, très ému, au moment de prendre la parole pour commenter cette annonce.

«Je suis très ému de ce qui arrive, a-t-il admis. C’est merveilleux pour le milieu agricole. Au cœur des familles agricoles offre des services psychosociaux de première ligne. Nous sommes aux premières loges pour voir le stress et la détresse de nombreux agriculteurs et agricultrices. Personnellement, j’ai des gens qui m’ont appelé en pleurs. Les récoltes sont tardives, le taux d’humidité du grain est très élevé et les grains sont de qualité minable.»

Concrètement, cette aide va permettre à ACFA d’embaucher deux travailleurs de rang supplémentaires, qui s’ajouteront aux six qui sont déjà sur le terrain. Actuellement, un seul travailleur de rang couvre tout le territoire de la Montérégie. Ces embauches pourraient mener à l’ajout d’un travailleur de rang pour cette région.

Le signal qu’on envoie à nos agriculteurs c’est que leur situation est sur l’écran radar du gouvernement et qu’on va être présent pour eux.

-André Lamontagne, ministre de l’Agriculture

Cette aide est versée par Québec à la suite d’une demande d’ACFA, qui réclame plus de moyens pour pouvoir offrir ses services partout au Québec. L’objectif d’ACFA serait d’embaucher au moins un travailleur de rang dans chacune des régions du Québec.

«Au printemps dernier, nous avions fait une demande à la ministre de la Santé dans le but de devenir provincial, explique M. Bisaillon. On réclamait 450 000 $, mais cette annonce répond beaucoup à notre demande.»

Travailleurs de rang

M. Bisaillon rappelle que les travailleurs de rang sont tous diplômés en travail social ou en éducation spécialisée. Ils connaissent aussi très bien le monde agricole.

Leur travail en est surtout un d’écoute et de réconfort. «Le nombre d’appels à l’aide qu’on reçoit augmente année après année, explique M. Bisaillon. Ce sont majoritairement les producteurs de lait qui demandent de l’aide. Dans plusieurs cas, le travailleur de rang peut régler le problème.»

«Souvent, la météo ou les aspects financiers sont la goutte qui fait déborder le vase déjà trop rempli, explique Vicky Beaudoin, travailleuse de rang pour ACFA, en Montérégie. Ce sont les conflits familiaux qui sont le plus souvent à la source du problème. Il y a les conflits de couple, mais aussi entre la génération cédante et sa relève, avec le gendre ou encore la belle-mère. Il n’y a pas beaucoup d’emplois où tu travailles avec tes parents, tes frères, tes sœurs. En agriculture, il y a une proximité qui amène des frontières différentes. Pour un producteur, c’est normal que sa mère entre dans sa maison sans cogner, mais pas nécessairement pour sa conjointe.»

Pour les aider, le travailleur de rang assoit ces gens ensemble pour qu’ils se parlent. Il apporte aussi du soutien en cas de deuil, d’accident de travail ou pour des problèmes de santé mentale, que l’on pense à la dépression ou à l’anxiété.

Détresse psychologique

Les personnes en détresse psychologique et leurs proches peuvent obtenir du soutien en tout temps en composant le 1 866 APPELLE (277-3553). Info-Social 811 offre aussi un service de consultation psychosociale accessible en tout temps, dans toutes les régions du Québec.

Il est aussi possible d’obtenir de l’aide auprès de l’organisme Au cœur des familles agricoles en composant le 450 768-6995.

Jaclin Bisaillon, président du conseil d’administration d’Au cœur des familles agricoles.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des