Société de sauvetage: appel à la prudence sur les étendues d’eau glacées

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Société de sauvetage: appel à la prudence sur les étendues d’eau glacées
La majorité des décès par noyade l'hiver surviennent en marchant, en jouant au hockey, en pêchant ou en faisant de la motoneige sur la glace d’un cours d’eau. (Photo : Coup d'œil – Archives)

ACTUALITÉ – Chaque année, environ sept Québécois perdent la vie par noyade pendant l’hiver, rappelle la Société de sauvetage. Cet organisme à but non lucratif dont la mission est de prévenir les noyades, rappelle quelques consignes de sécurité, en ce temps de l’année où les lacs et les rivières commencent à geler et que les gens sont tentés de s’y aventurer. 

Dans la majorité des cas, les décès se produisent en marchant, en jouant au hockey, en pêchant ou en faisant de la motoneige sur la glace d’un cours d’eau, rappelle la Société de sauvetage

Pour prévenir ces événements tragiques, l’organisme rappelle trois consignes de sécurité à suivre avant de pratiquer une activité sur un cours d’eau gelé, afin de savoir si la glace est suffisamment épaisse pour le faire.

Couleur

Il faut d’abord observer la couleur de la glace. La glace bleue et transparente est habituellement la plus résistante.¸

La glace blanche opaque contient un pourcentage d’air élevé. Sa résistance dépendra de sa densité. La glace blanche qui contient peu d’air est presque aussi résistante que la glace bleue.

Enfin, la glace grise, qui contient de l’eau, doit être considérée comme dangereuse.

Examiner l’environnement

La taille et la profondeur du plan d’eau influencent la formation de la glace. Plus un lac est profond, plus il prend de temps à geler. La glace qui se trouve près des rivages se forme plus rapidement, et fond également plus rapidement.

Les courants amincissent le dessous de la glace. La glace des rivières est donc moins solide que celle des lacs à cause de l’action du courant.

La fonte et le regel de la surface de la glace, causés par les variations de température, créent une glace en couches superposées. La glace comporte donc plusieurs failles, ce qui la rend plus vulnérable.

Le réchauffement par le soleil diminue la solidité de la glace. Celle-ci est habituellement plus solide le matin qu’en fin de journée.

La neige a le même effet qu’une couverture : elle augmente la température de la glace. Une chute de neige qui atteint la moitié de l’épaisseur de la glace peut créer une situation dangereuse.

Épaisseur de la glace

Aucun type de glace n’est sécuritaire à 100 %, rappelle la Société de sauvetage.

Il est primordial de tenir compte de l’épaisseur de la glace avant de s’y aventurer.

Il est possible de la mesurer en petit trou jusqu’à l’eau, et ce, à différents endroits. Si l’épaisseur de la glace est de 7 cm ou moins (3 pouces ou moins), il ne faut pas s’y aventurer, même à pied.

Il doit y avoir au moins 10 cm (4 pouces) de glace pour pratiquer la pêche, le ski de fond ou le patin, un minimum de 12 cm (5 pouces) pour s’y aventurer en motoneige et de 20 cm à 30 cm (8 à 12 pouces) pour circuler en voiture sur une étendue gelée.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des