Richard Fortin, charpentier-poète: de la menuiserie à la poésie

Jacques LarochelleLITTÉ
Richard Fortin, charpentier-poète: de la menuiserie à la poésie
Richard Fortin et la maquette de son recueil de poésie Le Message des Oiseaux. (Photo : Coup d'oeil - Jacques Larochelle)

LITTÉRATURE – Richard Fortin a eu comme une double vie. Charpentier-menuisier de métier, il a toujours eu une passion pour l’écriture. Mais ce natif de Napierville a longtemps refoulé son besoin d’écrire. Il n’était pas conscient de son talent et n’osait pas écrire. Ce n’est qu’en 1995, à l’âge de 45 ans, que la parole s’est libérée et qu’il a commencé à coucher ses inspirations sur papier. Il s’est aperçu qu’il avait une facilité naturelle pour l’écriture.

Mais ce n’est qu’en 2004 que cet autodidacte a publié son premier recueil de poésie. Deux ans plus tard, il gagnait le deuxième Prix d’excellence au Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Enfin, en 2012, il remporte le premier Prix d’excellence en poésie à ce prestigieux festival. Richard Fortin est au comble du bonheur. Son talent est reconnu. Il en ressent un grand accomplissement.

Et maintenant, le vendredi 13 mars, de 19h à 21h, il va procéder au lancement de son deuxième recueil de poésie Le Message des Oiseaux à l’édifice Sercovie au 300, rue du Conseil à Sherbrooke. Le recueil contient plus de 80 poèmes. Il en est très fier.

Dans la vie, il faut faire ce qu’on aime. Je me suis longtemps empêché d’écrire, mais c’est fini. Maintenant, je prends la parole et j’en suis très heureux.

-Richard Fortin, charpentier-poète

Dans ses poèmes, Richard Fortin parle de la vie, de tous les aspects de la vie, des émotions intérieures, des événements qui nous marquent, des joies et des peines, des bonheurs et des drames. C’est l’école de la vie qui marque son écriture.

Des auteurs comme Raymond Bernard, Karine Beaudoin et Marcel Gouin ont salué son talent en parlant de sa finesse, de sa délicatesse, de sa tendresse et de son grand raffinement.

Et Jean-Claude Plourde, qui signe la préface, dit que Richard Fortin va chercher l’essence de la vie et qu’il la transmet par son regard introspectif. « C’est le miroir d’un éveil qui conduit à l’unification du féminin et du masculin sacré ».

Son recueil est publié à compte d’auteur, en quantité limitée. On pourra se le procurer au coût de 15$ à la Boulangerie Dufeu sur la rue Bowen Nord, et à la Grande Ruche sur la rue Bryant à Sherbrooke. Il sera aussi disponible au magasin Pleine Lune à Saint-Jean-sur-Richelieu au coût de 20$. On lui souhaite bon succès!

Poème de Richard Fortin

Je ne me rappelle plus

le poème de ta main

posé sur l’espace de ma vie

ni celui de tes pas sur nos arrivages.

Je ne me rappelle plus

tes yeux posés sur ma chair

ni ton souffle sur la mémoire de mes sens.

Et pourtant,

chaque battement de mon cœur

me ramène à toi

pareil à l’envol des grandes oies blanches

escale parée d’un cri d’éternité.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des