«La maltraitance envers les personnes aînées, il ne faut pas hésiter à en parler» -Carmen Cardin

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
«La maltraitance envers les personnes aînées, il ne faut pas hésiter à en parler» -Carmen Cardin
La maltraitance envers les aînés doit être dénoncée, affirme la présidente de la Fadoq Région Rive-Sud-Suroît, Carmen Cardin. (Photo : gracieuseté)

AÎNÉS – Le 15 juin se tenait la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées. Ces abus ne doivent pas être tolérés et doivent être dénoncés, estime Carmen Cardin, présidente de la Fédération de l’âge d’or du Québec (Fadoq) Région Rive-Sud-Suroît.

Cette violence peut prendre plusieurs formes, que l’on pense à la maltraitance psychologique, physique, sexuelle, matérielle ou financière, à la négligence ou encore à la violation des droits de la personne.

Pour en apprendre davantage à ce sujet, il suffit de consulter la section «Maltraitance: petit lexique pour s’y retrouver» sur le site Internet fadoq.ca.

Il existe aussi des outils s’adressant spécifiquement aux personnes aînées issues de communautés culturelles que l’on peut consulter à l’adresse fadoq.ca/reseau/ressources/maltraitance-fraude-et-intimidation/maltraitance-communautesculturelles.

Signaler un abus

«Trop d’aînés sont encore victimes de violence, d’exploitation et de fraude. Il faut dénoncer ces comportements criminels. Si vous vivez une situation de maltraitance ou êtes témoin d’une telle situation, appelez et demandez de l’aide», conseille Mme Cardin.

Si vous êtes victime de maltraitance ou si vous voulez la dénoncer, il suffit de contacter la ligne sans frais 1 888 489-ABUS (2287).

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des