pneus poupart installation gratuite

Mort d’un signaleur à Saint-Clotilde: la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Mort d’un signaleur à Saint-Clotilde: la CNESST dévoile les conclusions de son enquête
La scène de l'accident qui a coûté la vie à un signaleur routier, le 8 octobre 2019, à Sainte-Clotilde.   (Photo : gracieuseté)

ACTUALITÉ – La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a publié, le 28 juillet, les conclusions de son enquête à la suite du décès d’un signaleur routier, le 8 octobre 2019, à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay.

Cet accident de travail a coûté la vie à Robert Shonfield, qui a été écrasé mortellement par un camion à benne basculante qui effectuait une manœuvre de recul.

La CNESST conclut que «la formation, l’entraînement et la supervision du travailleur étaient insuffisants et n’ont pas permis de s’assurer qu’il avait les connaissances requises pour accomplir son travail de signaleur routier de façon sécuritaire.»

Chronologie de l’accident

Le jour de l’accident, des travaux de remblai de l’accotement et de profilage du fossé étaient en cours à l’angle du Chemin de la Rivière et de la Montée Pion.

M. Shonfield et deux autres signaleurs routiers dirigeaient la circulation pendant qu’un camion à benne basculante effectuait des travaux de déchargement sur le chantier.

En début d’après-midi, le conducteur du camion a reçu la directive de se déplacer. Au moment où celui-ci préparait sa manœuvre de recul, M. Shonfield a quitté son positionnement pour se diriger au centre de l’intersection.

Le conducteur a cru apercevoir un signal de recul venant de M. Shonfield et il a entrepris sa manœuvre.

Le travailleur, qui s’est alors retrouvé dans l’angle mort du camion, a été heurté et écrasé par les roues arrière.

Les secours ont été appelés sur les lieux et M. Shonfield a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Employeur

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit les travaux de remblai de l’accotement et de profilage du fossé à l’angle du Chemin de la Rivière et de la Montée Pion jusqu’à ce que l’employeur élabore une procédure de travail sécuritaire.

L’employeur s’est conformé à cette exigence.

La CNESST rappelle que par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a aussi l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail et les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Il est possible de consulter le rapport d’enquête complet en lien avec cet accident en visitant le www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004274.pdf.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des