Le Groupe Ambioterra aide les propriétaires privés à protéger la biodiversité

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Le Groupe Ambioterra aide les propriétaires privés à protéger la biodiversité
La couleuvre tachetée fait partie des quelques espèces qui, parmi toutes les municipalités de la Montérégie, ne se trouvent que dans le secteur de Hemmingford. (Photo : gracieuseté)

ENVIRONNEMENT – Le Groupe Ambioterra vient tout juste de recevoir une aide financière de 10 000 $, dans le cadre de son programme Faune-Forêt de la Fondation de la faune du Québec. Ce programme s’applique exclusivement aux terres privées. Grâce à ces sommes, Ambioterra peut offrir des services gratuits aux propriétaires privés qui veulent poser des gestes pour protéger la biodiversité sur leurs terres.

Dans ce cas précis, l’aide servira à protéger les habitats fauniques de la zone Covey Hill et le secteur de la rivière des Anglais. Ce secteur couvre les municipalités de Hemmingford, Sainte-Clotilde, mais aussi Havelock, Franklin et Saint-Chrysostome.

Cette région abrite plus de 40 espèces en péril, comme la couleuvre tachetée, la couleuvre verte, le martinet ramoneur, le goglu des prés ou encore le ginseng à cinq folioles et l’aristide à rameaux basilaires, deux plantes qui sont en voie de disparition.

«Il s’agit d’un écosystème forestier exceptionnel, indique Julie Tremblay, agente de l’environnement pour le Groupe Ambioterra. On y trouve des forêts matures anciennes et des arbres rares, entre autres. La biodiversité y est très très riche. Il y a des espèces qu’on retrouve juste là, en Montérégie, comme la salamandre pourpre, la salamandre sombre des montagnes ou la salamandre sombre du Nord.»

Accompagnement

Le Groupe Ambioterra, un organisme à but non lucratif fondé en 2002, accompagne les propriétaires privés qui veulent intervenir pour préserver la biodiversité sur leurs terres.

L’organisme offre ses services gratuitement, à l’aide de subventions qu’il reçoit de différents bailleurs de fonds.

Cette somme de 10 000 $ permettra au Groupe Ambioterra d’accompagner cinq propriétaires vers la conservation volontaire du milieu, en plus de faire le suivi auprès de huit propriétaires qui ont signé des ententes de conservation non contraignantes, il y a plus de trois ans.

Le but, c’est de sensibiliser les gens à l’importance de faire attention à l’environnement.

-Julie Tremblay, agente de l’environnement chez Ambioterra

«On sensibilise les gens et les personnes qui sont intéressées, on peut faire des inventaires des espèces qui habitent sur leurs terres, explique Mme Tremblay. On leur remet ensuite un rapport qui contient des recommandations pour améliorer l’habitat.»

Parmi les recommandations qui peuvent être suggérées aux propriétaires pour préserver la biodiversité sur leurs terres, on compte la restauration de bandes riveraines, l’installation de nichoirs, l’aménagement d’un îlot à papillons ou encore la plantation de haies brise-vent.

La salamandre pourpre.

«L’objectif, c’est de protéger ce qui reste, précise Mme Tremblay. Ce genre d’initiatives découle d’autres projets. On aimerait créer des corridors de biodiversité avec des projets adjacents, pour que les milieux connectent entre eux, et ainsi permettre aux animaux et aux végétaux de se déplacer.»

Le Groupe Ambioterra est à la recherche de propriétaires qui veulent protéger les milieux naturels. Pour obtenir plus d’information au sujet des services offerts par Ambioterra, il suffit de faire parvenir un courriel à l’adresse info@ambioterra.org ou de composer le 450 637-8585.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires