Saint-Rémi: Vents d’espoir remporte 50 000 $ à un concours

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Saint-Rémi: Vents d’espoir remporte 50 000 $ à un concours
Sylvie Boyer, fondatrice de Vents d'espoir. (Photo : Coup d'œil – Archives)

ACTUALITÉ – L’organisme Vents d’espoir de la Vallée du Saint-Laurent, basé à Saint-Rémi, a remporté le grand prix de 50 000 $, remis dans le cadre du concours «Vive les régions», organisé par l’entreprise Pioneer, pour la réalisation d’un projet communautaire.

La population était invitée à voter en ligne pour le projet de son choix. Le résultat du concours a été annoncé le 16 janvier.

Cette somme remportée par Vents d’espoir servira à la construction du premier complexe de logements supervisés pour les 18 à 55 ans souffrant d’un traumatisme crânien ou de déficiences physiques en Montérégie-Ouest. Il sera érigé à Saint-Rémi.

Ce projet, dont la valeur est estimée à 10 M$, comprend notamment un centre de jour, un gymnase, des ateliers de travail et un bassin thérapeutique.

Fondatrice

Grâce à différents événements-bénéfices qu’elle a organisés au fil des ans, la fondatrice et présidente de l’organisme, Sylvie Boyer, a déjà amassé environ 400 000 $ pour financer ce projet.

Propriétaire d’une ferme laitière à Saint-Rémi, Mme Boyer est la mère de deux enfants, Benjamin et Angélique, qui souffrent des séquelles d’un traumatisme crânien, après avoir été victimes d’accidents de la route à des périodes différentes.

«On a beaucoup de gens qui appuient le projet, qui partageaient le lien et qui votaient chaque jour, explique Mme Boyer. Je les remercie chaleureusement ! On avait jusqu’au 10 décembre pour voter, mais le 4 décembre, j’ai reçu un courriel me disant qu’on était en avance. On est pas mal fiers!»

Une remise officielle du prix aura lieu cet été, à Saint-Rémi.

Projet

Si la construction de ce complexe n’a pas encore commencé, c’est parce que Mme Boyer est en négociation depuis plusieurs années avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSSMO), qui n’a toujours pas donné son aval pour le financement des soins qui y seront donnés.

«Il y a des réticences au CISSSMO à accorder le financement pour l’offre de soins, précise Mme Boyer. On parle d’environ 2,4 M$ par année, pour offrir des soins à 32 personnes. Ça représente un coût moyen de 66 000 $ par personne, par année.»

Bien qu’il soit âgé de la trentaine, la condition du fils de Mme Boyer impose qu’il réside dans un Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Cette dernière fait remarquer que les soins qui y sont offerts coûtent en moyenne 105 000 $ par année.

«Être enfermé dans un CHSLD pour la vie, à 20 ans… il doit y avoir autre chose!», réclame Mme Boyer.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires