Création d’un réseau d’éclaireurs dans la région

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Création d’un réseau d’éclaireurs dans la région
À l'instar d'un secouriste formé en premiers soins, les éclaireurs sont formés pour prendre soin de la santé mentale. Ils sont préparés à reconnaître la détresse et à poser un geste d'entraide.  (Photo : Depositphotos)

Santé. Un réseau d’éclaireurs, des citoyens formés en premiers secours psychologiques, est mis en place dans le Haut-Richelieu-Rouville. Actuellement, une vingtaine de sentinelles sont déployées sur le territoire, principalement dans le milieu communautaire, mais aussi dans le domaine municipal et scolaire. Une soixantaine d’autres personnes issues de diverses sphères, dont les entreprises, seront invitées à se joindre au projet au cours de la prochaine année.

La création de ce réseau a été annoncée en novembre 2020 par le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. Une somme de 19 M$ a été réservée pour créer et implanter des équipes d’éclaireurs au Québec. 

« Le projet a été mis en place pendant la pandémie pour venir en aide aux personnes qui vivent des situations difficiles ou qui éprouvent de la détresse. Il y a deux volets au projet, le volet soutien individuel donné par le réseau des éclaireurs et un volet projets collectifs pour favoriser la résilience des collectivités », expose Chantal Vallée, agente d’information au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre.

Dans la province, le premier réseau des éclaireurs a été lancé en 2013 après la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic. Les retombées positives sur la population éprouvée ont mené les intervenants à reproduire le concept à plus grande échelle.  

Reconnaître la détresse

Mme Vallée explique que les éclaireurs sont des personnes formées pour reconnaître les signes de détresse chez les gens. « Ces éclaireurs entrent en contact avec ces personnes, les soutiennent et au besoin les réfèrent vers des ressources d’aide », poursuit Mme Vallée. 

Les activités de résilience sont quant à elles ​organisées par le coordonnateur des éclaireurs du Réseau local de santé Haut-Richelieu-Rouville conjointement avec les partenaires du territoire. « Nous travaillons en collaboration avec le Centre de prévention du suicide du Haut-Richelieu et le Centre d’écoute Montérégie. Ils ont élaboré la formation et vont offrir des activités pour soutenir les éclaireurs », souligne Chantal Vallée. 

Ces activités permettent d’échanger sur le vécu lié à la pandémie, de briser l’isolement et d’identifier des moyens afin de prendre soin de soi et des autres. 

Éclaireurs en entreprise

Au début de 2022, les personnes désireuses de devenir éclaireurs ont pu s’inscrire au programme. Les formations ont eu lieu en février. Le Haut-Richelieu-Rouville compte à ce moment-ci 24 éclaireurs. « Au cours de la prochaine année, nous aimerions en recruter une soixantaine de plus dans divers domaines, dont les entreprises », poursuit Chantal Vallée. 

Les employeurs qui souhaitent faire entrer le réseau des éclaireurs dans leur milieu de travail pour outiller leurs employés à se soutenir entre eux peuvent le faire. À l’instar d’un secouriste formé en premiers soins, les éclaireurs sont formés pour prendre soin de la santé mentale. Ils sont préparés à reconnaître la détresse et à poser un geste d’entraide. 

Pour obtenir plus d’informations, il est possible d’écrire à eclaireurs.cisssmc16@ssss.gouv.qc.ca. Les personnes qui souhaitent s’inscrire peuvent remplir le formulaire disponible au https://bit.ly/3a1rB1L. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires