Une clinique mobile unique pour soigner les urgences mineures

Valérie Legault vlegault@canadafrancais.com

Une clinique mobile unique pour soigner les urgences mineures
L'inauguration de la clinique mobile s'est faite en présence de Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre, Stéphane Demers, PDG d'Ambulances Demers, Lyne Marquis, directrice générale adjointe du volet clinique au CISSS de la Montérégie-Centre, Sylvain Bernier, directeur des opérations chez Ambulances Demers, et Douglas Clarke, président de la Fondation Santé. (Photo : : Le Canada Français - Laurianne Gervais-Courchesne)

Santé. Les personnes de 65 ans et plus sans médecin de famille ont désormais une nouvelle option pour éviter l’urgence. Depuis le 11 juillet, une nouvelle clinique mobile de services de proximité sillonnera le Haut-Richelieu pour répondre à leurs besoins de santé mineurs.

L’initiative est unique au Québec. « Nos équipes se sont inspirées des pratiques les plus innovantes en Amérique du Nord pour consolider le réseau de soins de première ligne. À terme, nous sommes persuadés de pouvoir réduire le volume d’appels au 911, les visites à l’urgence et les hospitalisations », déclare Richard Deschamps, président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre.

Le véhicule récréatif converti en clinique mobile sera opérationnel huit mois par année, du 1er avril au 1er décembre. Il comprend une aire d’accueil et deux salles de consultation, dont une avec une plateforme élévatrice pour les personnes à mobilité réduite.

La clinique mobile se déplacera à Saint-Jean-sur-Richelieu, Carignan, Chambly, Lacolle et éventuellement Saint-Césaire. Les patients orphelins connaîtront d’avance son emplacement en prenant rendez-vous sur le site Internet Clic Santé. Elle sera ouverte du lundi au vendredi, entre 8 et 16 heures. L’objectif est d’y accueillir 25 à 30 patients par jour.

L’équipe de la clinique mobile sera composée d’infirmières en soutien à domicile et d’ambulanciers paramédicaux. Des conseils, des soins et des services de santé y seront prodigués pour soulager divers problèmes de santé non urgents. La perte d’appétit, les chutes, les soins de plaie, les problèmes de sommeil, de diabète ou d’hypertension artérielle pourront être examinés sur place.

Un médecin de garde assurera au besoin un accompagnement à distance. « Si les personnes ont besoin d’un médecin, on s’engage à ce qu’elles en voient un dans les meilleurs délais. La clinique mobile pourra même en accélérer l’accès », ajoute Richard Deschamps.

L’entrée en scène des techniciens ambulanciers dans ce tout nouveau modèle de soins ravit Ambulances Demers, partenaire principal du projet. La clinique s’inscrit en plein dans la réforme du préhospitalier qu’imagine le ministre de la Santé, Christian Dubé. « Les paramédics offriront des soins de proximité en amont de l’urgence. Ce n’est qu’un début, puisqu’ils peuvent encore accomplir de grandes choses », dit Stéphane Demers, président-directeur général d’Ambulances Demers.

La clinique mobile de soins de proximité n’aurait pas été rendue possible sans le concours de la Fondation Santé. L’organisme y a investi 500 000 $ pour l’achat du véhicule et l’aménagement de la clinique.

« Elle est un très bel exemple d’innovation en santé, affirme Douglas Clarke, président de la Fondation Santé. Quand on fait preuve de vision, d’originalité et de travail d’équipe, tout est possible. »

L’initiative s’inscrit en complément au Guichet d’accès en première ligne, un service destiné aux patients orphelins qui sont sur la liste d’attente du guichet d’accès à un médecin de famille. Elle rejoint aussi la nouvelle offre de service dans les résidences pour aînés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires