Triathlon extrême Canada Man/Woman à Lac-Mégantic: plus de 19 heures de course pour Stéphanie Deslauriers

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Triathlon extrême Canada Man/Woman à Lac-Mégantic: plus de 19 heures de course pour Stéphanie Deslauriers
À gauche, Stéphanie Deslauriers à son arrivée au sommet de l'observatoire du Mont-Mégantic, en compagnie d'une autre participante. (Photo : : gracieuseté - Marco Bergeron)

Sport. Stéphanie Deslauriers, une triathlonienne de Saint-Rémi, a atteint son objectif qui était de se rendre jusqu’au fil d’arrivée du triathlon extrême Canada Man/Woman 2022, qui se tenait à Lac-Mégantic, le 3 juillet. 

Mme Deslauriers a franchi la ligne d’arrivée à 23 h 41 min 28 s, dans la soirée du 3 juillet, avec une course qui aura duré 19 h 11 min 25 s.

Les épreuves

Elle a pris le départ de l’épreuve de nage à 4 h 30 le matin, dans les eaux noires du lac Mégantic, pour une « petite balade » de 3,8 km en eau vive. 

Dès sa sortie de l’eau, Mme Deslauriers a enfourché son vélo pour parcourir pas moins de 180 km sur la Route des Sommets, dont le tracé comportait 2500 mètres de dénivelé positif. 

L’athlète a terminé son triathlon avec une course de 42 km, soit l’équivalent d’un marathon. Le tracé la menait jusqu’au sommet de l’Observatoire du Mont-Mégantic, avec un dénivelé positif de 1200 mètres. 

Une nage parfaite

La nage est peut-être l’épreuve que Mme Deslauriers a préférée. « J’ai adoré ma nage, dit-elle. L’eau était parfaite, à environ 20 degrés. Nous sommes partis la nuit, mais 30 minutes plus tard, le soleil se levait. Il n’y avait pas trop de vent et pas trop de vagues. La nage était parfaite. »

Ennui mécanique

La portion à vélo s’est avérée plus ardue que prévu, notamment en raison d’un problème mécanique qui lui a fait perdre 20 minutes. 

« Ma chaîne a coincé et je n’étais plus capable de bouger mon pédalier, raconte l’athlète. J’étais au 60e km et je pensais que ma course était finie. J’ai finalement réussi à la déprendre avec un outil que j’avais dans mon sac. »

À une minute de la coupure

Les participants devaient respecter un temps limite entre les différentes épreuves pour pouvoir passer à la suivante. Cet ennui mécanique a bien failli lui coûter sa course. 

« Nous avions jusqu’à 16 h pour terminer l’épreuve de vélo et je suis arrivée à 15 h 59, explique Mme Deslauriers. J’étais vraiment contente! »

Marathon

Elle a conclu son triathlon avec un marathon de 42 km dans des conditions difficiles. 

« Au début, c’était dans un sentier avec de bonnes montées. C’était plutôt rocheux dans la montagne, précise Mme Deslauriers. Nous avons parcouru quelques kilomètres sur la gravelle, puis sur la chaussée, avant d’arriver à une autre route de gravelle. Par la suite, on devait courir dans un champ de broussailles et nous avons terminé la course en sentier, jusqu’à l’arrivée à l’Observatoire. »

Anniversaire

À peine quelques minutes après son arrivée, Stéphanie Deslauriers célébrait son 48e anniversaire, le 4 juillet. 

« Je voulais le faire avant mes 48 ans et j’ai réussi!, lance-t-elle. Arrivée en haut, les bénévoles m’ont chanté bonne fête. Je ne peux pas croire que j’aie réussi à faire ça. C’est une grande fierté. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires