Début record pour la 40e saison du Parc Safari

Photo de Jacques Larochelle
Par Jacques Larochelle
Début record pour la 40e saison du Parc Safari

Le Parc Safari de Hemmingford ne pouvait espérer un meilleur week-end pour le début de sa 40e saison. Grâce à une température superbe tout au long de la fin de semaine de la Fête des Patriotes, pas moins de 6000 personnes ont visité le Parc du 16 au 21 mai. Le président et propriétaire, Jean-Pierre Ranger, est extrêmement heureux de ce début de saison. « Je suis enchanté. Dame Nature nous a fait un beau cadeau avec une météo superbe. J’espère que la température continuera d’être aussi belle tout au long de cette saison très spéciale pour nous ». Le Parc Safari a ouvert ses portes le 15 juillet 1972. En 40 ans, pas moins de douze millions de personnes y ont découvert une parcelle de l’Afrique. Au fil des années, le Parc s’est agrandi, embelli et a sans cesse investi pour améliorer les conditions de vie de ses pensionnaires, les quelque 500 animaux de 75 espèces qui y résident. Toujours des projets Jean-Pierre Ranger est un homme fébrile. Il a toujours plein de projets en tête. L’an dernier, trois millions de dollars ont été investis dans la construction d’un observatoire, la Terrasse Afrika (une plateforme de 700 m2 représentant le continent africain et qui est sans doute la plus grande carte géographique au monde), d’un sentier d’observation permettant d’admirer plusieurs animaux de la plaine africaine, le réaménagement du Safari Aventure, le réaménagement du parc aquatique, devenu le « Lagon des Dauphins », et l’ajout de glissades d’eau, le réaménagement du Sentier des chevreuils, devenu le « Sentier des daims », et l’aménagement de la « Ferme des cinq continents ». En outre, la Boutique internationale, où on peut acheter des objets provenant de 25 pays, a changé de nom pour devenir « Le Souk »; le Bistro de la Gare, où l’on sert des repas complets, est devenu « L’Explorateur »; et la Crique magique est devenue « La descente du Nil ». Par ailleurs, en plus des tours de poney, on peut maintenant faire des tours de dromadaire. Et, fait à signaler, plus d’une trentaine de naissances sont survenues dans les derniers mois, dont trois bébés Addax, une espèce d’antilope de la région du désert du Sahara. Il y a aussi des ajouts comme ces deux porc-épics blancs, âgés d’environ deux mois. Ils sont vraiment beaux à voir ! Sans parler du paon, absolument magnifique quand il déploie son superbe plumage. Les prochains projets, qui inclueront un village-musée Masaï, une tour d’observation, la rénovation complète du secteur des manèges, et un camp de vacances, auront comme objectif de renforcer la mission du Parc. « Protéger, conserver et faire connaître les espèces animales menacées, tout en créant une Cité unique de loisirs, de plaisir et d’éveil à l’environnement pour toute la famille », de confier Jean-Pierre Ranger. En tout et partout, pas moins de 17 millions $ ont été investis de 2002 à 2011. Et ce n’est pas fini. En effet, l’ambitieux projet « Le Grand Safari » est en développement depuis 2002. Sur quelque 370 hectares, Le Grand Safari consistera en l’aménagement d’un ensemble d’attraits et de services touristiques diversifiés, ludoéducatifs, pour les jeunes familles. Selon le président du Parc, Le Grand Safari dotera le Québec d’un nouveau pôle touristique structurant, d’un nouvel atout pour la promotion de son offre, et de pouvoirs accrus d’attraction et de rétention des clientèles touristiques. En passant, Jean-Pierre Ranger ne parle jamais de « visiteurs » mais plutôt « d’invités », des invités qui garderont des « souvenirs pour la vie » de leur visite au Parc Safari, qui se veut l’Afrique au cœur du Québec. Pour tout découvrir sur le Parc, allez sur le site web www.parcsafari.com.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des