Ste-Marie Auto - rabais fou - vendredi fou

Les producteurs de la série J’ai la mémoire qui tourne se méritent le Prix Pierre-Burton remis par le Gouverneur général

Photo de Jacques Larochelle
Par Jacques Larochelle
Les producteurs de la série J’ai la mémoire qui tourne se méritent le Prix Pierre-Burton remis par le Gouverneur général

Les Productions de la ruelle sont fières d’annoncer que le 12 décembre dernier à Rideau Hall à Ottawa, le Prix Pierre-Berton a été remis par le Gouverneur général du Canada, David Johnston, à Guylaine Maroist et Éric Ruel, instigateurs du projet multimédia J’ai la mémoire qui tourne. La plus haute distinction en Histoire au pays est remise annuellement par la Société d’histoire nationale du Canada. Le Prix Pierre-Berton, en l’honneur du légendaire animateur et historien canadien, vise à souligner l’excellence des personnes qui contribuent à faire connaître l’histoire à un plus vaste public. C’est la deuxième fois qu’on remet le prix à des artisans québécois francophones. En 1996, l’historien Jacques Lacoursière fut lauréat. Une série documentaire emblématique « Nous sommes extrêmement heureux de voir Guylaine Maroist et Éric Ruel se hisser à ses côtés et récolter un aussi grand honneur », a déclaré Fabrice Brasier, vice-président Programmation de la chaîne de télévision Historia. J’ai la mémoire qui tourne est une production emblématique pour nous. Cette série documentaire retrace d’une manière extrêmement vivante et touchante l’histoire québécoise du 20e siècle. On ne peut qu’admirer le travail de moine qu’a nécessité sa réalisation et celle du site web qui l’accompagne ». « Nous sommes vraiment touchés par ce Prix, admet Guylaine Maroist, des Productions de la ruelle. Le film de famille est à la fois personnel et universel. À la fois ordinaire et extraordinaire. Il permet d’entrer en contact avec une histoire qu’on ne nous raconte jamais: celle de notre quotidien. On nous disait au départ que le film de famille n’avait aucun intérêt pour le grand public. Heureusement, la direction d’Historia y a cru. La réaction a été immédiate. Les gens se sont reconnus dans ces films qui ne sont pourtant pas les leurs. » Tous deux passionnés d’archives et d’histoire, Éric Ruel et Guylaine Maroist ont mis sept ans à construire ce projet. Avec la collaboration de trois collectionneurs de films, le journaliste du Devoir et scripteur Sylvain Cormier (qui habite maintenant Lacolle) et les professeurs Daniel Dupré (de St-Pie) et Olivier Granger (de St-Esprit), ils ont conçu une série documentaire à partir de films de famille. Les réalisateurs Bernard Lafrenière et Nicolas Houde-Sauvé ont aussi collaboré au projet. Leur banque d’archives comprend aujourd’hui plus de 20 000 films captés entre les années 20 et les années 80. C’est la plus grande banque de films de famille en Amérique du Nord. Un YouTube rétro En plus d’une série documentaire de douze épisodes, Les Productions de la ruelle ont réalisé un vaste site web en collaboration avec Marc Beaudet de Turbulent. Sur ce YouTube rétro, on retrouve plus de 10 000 films en ligne, des wébisodes (réalisés par Marie-Michèle Tremblay), des blogues écrits par des historiens, des enseignants et des journalistes. Le projet touche aussi les jeunes puisqu’on utilise le film de famille pour l’enseignement de l’histoire au secondaire. Le tandem développe d’autres applications à ce matériau exceptionnel que constitue le film de famille. « Notre mission première, c’est la sauvegarde du film de famille, affirme le producteur Éric Ruel. Pendant près d’un siècle, les pères de famille du Québec ont capté sans le savoir notre autobiographie collective. Ce que personne d’autre n’a fait, ni anthropologue, ni cinéaste de fiction, ni documentariste de l’ONF. C’est très précieux. » L’organisme continue de ramasser les films de famille partout au pays. Source: Les Productions de la ruelle

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires