Le Parc Safari achète des véhicules électriques québécois

Photo de Jacques Larochelle
Par Jacques Larochelle
Le Parc Safari achète des véhicules électriques québécois
Le président de la compagnie KARGO, Pierre Dion, le président du Parc Safari, Jean-Pierre Ranger, et le ministre délégués aux Petites et Moyennes entreprises du Québec et député de Huntingdon, Stéphane Billette, devant l'un des prototypes de véhicule électrique qui porteront bientôt les couleurs du Parc. (Photo : Jacques Larochelle)

Le Parc Safari vient de signer un contrat pour faire l’acquisition de quinze véhicules électriques de conception québécoise. Les premières livraisons vont commencer en septembre et s’échelonner sur 18 mois.

Les véhicules ont été conçus par la firme PRÉCICAD de Québec et sont construits par la compagnie KARGO établie à Alma au Lac Saint-Jean. Ils ont obtenu en mai dernier la certification Véhicules Basse Vitesse (VBV) de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ). Cela leur permet de rouler surtout en milieu urbain et sur les terrains des entreprises car leur vitesse est limitée à 50 kilomètres/heure.

Il s’agit d’un investissement de 300 000 $ pour le Parc Safari qui prévoit, en retour, réaliser des économies de 40 000 $ par an en frais d’entretien et d’énergie pour sa flotte de véhicules. La direction du Parc a fait beaucoup de recherches, au Canada et à l’étranger, afin de dénicher des véhicules électriques efficaces et répondant à ses besoins. Mais c’est par hasard que l’entreprise québécoise KARGO est arrivée dans le décor. Il n’a pas fallu beaucoup de temps à la direction du Parc Safari pour conclure que les véhicules québécois étaient les meilleurs et qu’ils coûtaient nettement moins chers que des véhicules européens du même type.

« L’acquisition de véhicules électriques était une priorité pour nous car nous souhaitions consolider notre statut de précurseur en matière de développement durable. Quand nous avons découvert les véhicules KARGO, nous avons réalisé que nous venions de trouver la meilleure technologie au meilleur coût. Cela va nous permettre de développer un partenariat durable avec cette entreprise québécoise. Je suis très fier de pouvoir encourager l’économie du Québec », a déclaré le président du Parc Safari, Jean-Pierre Ranger.

Une entreprise dynamique

Le président de la compagnie KARGO, M. Pierre Dion, était au Parc Safari pour l’annonce officielle de l’acquisition des véhicules. Il ne cachait pas son enthousiasme devant ce nouveau partenariat. « Nous sommes heureux de participer à ce projet d’importance avec le Parc Safari. Cette collaboration vient consolider notre position de leader dans le domaine des véhicules électriques de basse vitesse au Québec. Nous visons une expansion mondiale dans les années à venir. Avec ses contacts dans le monde entier, le Parc Safari sera un formidable partenaire pour nous », a déclaré M. Dion.

De son côté, le ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises du Québec et député de la circonscription de Huntingdon, Stéphane Billette, était très fier de cette réussite québécoise. Lui-même un ancien employé du Parc quand il était étudiant, M. Billette a dit que les véhicules KARGO sont un exemple de l’incroyable esprit d’innovation qui habite les Québécois. « Les Chinois, et bien d’autres nations, sont très surpris de notre créativité. Ils nous envient cela. Je suis très heureux que le gouvernement du Québec ait apporté sa contribution financière dans le développement du projet KARGO ces dernières années. Cette entreprise et le Parc Safari sont deux formidables modèles de développement économique pour le Québec. Je leur souhaite énormément de succès ».

Des véhicules efficaces

Le véhicule KARGO, qui vient en onze modèles, est fabriqué principalement d’aluminium, ce qui en fait le véhicule le plus léger de sa catégorie. Il est ergonomique et facile d’entretien et résiste à la corrosion. Il est propulsé par un moteur à courant alternatif de 48 volts. La section arrière du véhicule est modulable afin de bien répondre aux besoins des utilisateurs. En fin de vie, le véhicule est entièrement recyclable en démantelant les composantes. Son prix de vente varie de 18 000 $ à 28 000 $ selon sa configuration. Fait à noter, plusieurs fonctions des véhicules sont programmables à distance, notamment la vitesse et la régénération de la puissance. Bref, un produit québécois fort intéressant et prometteur!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des