pneus poupart installation gratuite

Le service de sécurité incendie de Saint-Blaise assuré par Napierville plutôt que Saint-Jean

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Le service de sécurité incendie de Saint-Blaise assuré par Napierville plutôt que Saint-Jean
La nouvelle entente conclue entre le Service de sécurité incendie de Napierville et Saint-Blaise doit entrer en vigueur le 1er avril. (Photo : gracieuseté)

ACTUALITÉ – Alors que la décision avait été prise par le conseil de Saint-Blaise-sur-Richelieu de déléguer la desserte de la sécurité incendie à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, voilà que les élus se ravisent et décident plutôt d’accepter l’offre du service des incendies de Napierville et Saint-Cyprien-de-Napierville, qui va couvrir le territoire de Saint-Blaise à compter du 1er avril.  

Les élus de Saint-Blaise avaient déjà adopté une résolution voulant que la couverture en sécurité incendie soit déléguée à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

«On a eu une assemblée le 4 mars et deux jours plus tard, Napierville nous a fait une offre, explique le maire de Saint-Blaise, Jacques Desmarais. Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix avait été approchée pour faire un regroupement des services incendie, mais ça n’avait pas marché. J’ai pris pour acquis que Napierville ne voulait pas, mais finalement, ils étaient prêts à négocier avec nous. Leur offre est super intéressante et elle répond à toutes les petites choses qu’on n’avait pas.»

Services

Plusieurs citoyens s’inquiétaient du fait que la caserne de Saint-Jean était éloignée de Saint-Blaise. Cela posait problème à certains d’entre eux au niveau des assurances privées. Leur résidence se trouvait soudainement trop éloignée de la caserne la plus proche, ce qui avait pour effet d’entraîner une hausse du coût de leur assurance.

D’autre part, Saint-Jean n’offrait pas le service de premiers répondants, ce que Napierville est en mesure d’offrir. Auparavant, Saint-Blaise bénéficiait de ce service qui était offert dans le cadre de son entente de service avec Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, qui a pris fin le 31 décembre 2019.

«Lors de notre séance du conseil du 4 mars, les gens nous ont dit qu’ils y tenaient», précise M. Desmarais.

Entente

L’entente avec le service des incendies de Napierville et Saint-Cyprien-de-Napierville prévoit aussi le maintien de la caserne de Saint-Blaise. Un camion-pompe y sera stationné en permanence.

De plus, des pompiers résidant à Saint-Blaise seront embauchés de manière à assurer une garde externe le soir et la nuit. Ces derniers pourront aussi faire de la garde en caserne de jour, à Napierville, s’ils le veulent.

«De jour, il y a toujours quatre pompiers qui sont de garde en caserne, à Napierville, explique M. Desmarais. De soir et de nuit, il y aura deux pompiers en garde externe à Saint-Blaise et quatre pompiers de Napierville en garde externe. Un camion de Napierville sera aussi stationné à Saint-Blaise en tout temps.»

Ainsi, le service de premiers répondants sera donné par les pompiers qui sont en garde interne le jour, de 7 h à 18 h, et par les pompiers sur appel le soir et la nuit, soit entre 18 h et 7 h.

On ne pouvait pas passer à côté de ça.

Jacques Desmarais, maire de Saint-Blaise

Ce contrat comprend aussi une entraide automatique de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, suivant une entente qui doit être conclue avec Napierville, de même qu’une entraide mutuelle avec Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix.

«Je veux m’assurer que tout le monde est en sécurité, ajoute M. Desmarais. Moi aussi, j’habite à Saint-Blaise. Il faut s’assurer que les citoyens sont protégés. C’est primordial.»

Coût

Le prix demandé par le service incendie de Napierville et Saint-Cyprien est fixe et il inclut ces entraides, sans aucun frais supplémentaire.

L’économie réalisée sera moindre que si Saint-Blaise avait fait affaire avec Saint-Jean, convient M. Desmarais. «On économise 50 000 $ au lieu de 100 000 $, mais on conserve le service de premiers répondants et des pompiers à la caserne de Saint-Blaise, se réjouit le maire. Le service des incendies de Napierville est sérieux, compétent et en santé. Je suis vraiment content et mon conseil aussi.»

Comme aucun contrat n’avait encore été signé avec Saint-Jean, Saint-Blaise n’a aucune compensation à verser à la suite de ce revirement de situation.

Une assemblée du conseil extraordinaire devait se tenir le 19 mars pour officialiser cette décision, qui devait ensuite être entérinée par les conseils municipaux de Napierville et de Saint-Cyprien. Cette assemblée a été annulée et sera reportée à plus tard, dans le contexte actuel de la COVID-19.

Une séance d’information devait aussi avoir lieu le 24 mars, à laquelle devait participer le directeur du service des incendies de Napierville et Saint-Cyprien, Patrick Gagnon, pour expliquer aux citoyens les détails de cette entente.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des