Frais de surveillance des dîneurs

Frais de surveillance des dîneurs
La CSDGS a rappelé que si les parents s’engagent à ce que leur enfant ne demeure en aucun temps à l’école durant la période du dîner

En omettant de rappeler aux parents qu’ils n’ont pas à s’acquitter des frais de surveillance si leur enfant au secondaire demeure à la maison sur l’heure du dîner durant l’année, la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (CSDGS) a-t-elle créé une confusion?

Il semble que oui si l’on se fie à la sortie d’une mère de famille dans un article publié dans La Presse du 8 septembre. Sous le couvert de l’anonymat, elle s’indignait de devoir assumer une facture de 100$ alors que son enfant ne dîne pas à l’école. En entrevue dans ce quotidien, la CSDGS a mentionné que tous les parents payaient ces frais de surveillance sur l’heure du midi.

Pourtant selon le document intitulé Frais exigés des parents: Quelques balises du ministère de l’Éducation, il est indiqué qu’«une telle contribution ne peut être exigée qu’aux élèves qui demeurent à l’école et non de ceux et celles qui quittent les lieux de l’école pour y revenir une fois la période du midi écoulée.» 

Réagissant par voie de communiqué à la publication de l’article, la CSDGS nuance ses propos en rappelant que si les parents s’engagent à ce que leur enfant ne demeure en aucun temps à l’école durant la période du dîner, ils ne seront pas tenus de payer ces frais.

Prudence

Certains parents ont-ils payé pour rien? La présidente de la CSDGS, Marie-Louise Kerneïs demeure prudente. «On peut imaginer que [oui], mais ce serait très à la marge. Si l’on demande quelque chose à un parent dont il n’a pas besoin, il va demander à ne pas le payer. Je ne pense pas que les parents soient à ce point démunis pour ne pas aller le dire à leur école. Les parents n’ont pas à payer s’ils ne sont pas utilisateurs.»

Elle rappelle que 80% des élèves du secondaire voyagent par autobus.

«Cela veut dire qu’ils n’habitent pas à côté de l’école et qu’ils sont à l’école sur l’heure du midi. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que cela n’a pas été indiqué sur la facturation. C’est une omission involontaire.»

La présidente de la CSDGS a indiqué qu’une précision sur les frais de surveillance de l’heure du dîner serait apportée. «Je suis désolée de cet imbroglio-là. Le but n’était pas de tromper qui que ce soit. Jamais il n’a été question de ça.» 

Des frais en hausse

Des frais de surveillance du midi au secondaire sont facturés aux parents depuis 2002. Ils étaient de 45$ de 2006 à 2012, de 75$ en 2013, et sont de 100$ en 2014.

Ces frais permettent l’encadrement des élèves qui vont et qui viennent sur le terrain de l’école ainsi que dans l’école pendant la période du dîner.

«Cette surveillance est une mesure essentielle pour assurer la sécurité de tous les élèves durant cette période», rappelle la CSDGS dans son communiqué.

Dans le cas où des parents ne seraient pas en mesure d’assumer ces frais pour des raisons financières, ils peuvent prendre un arrangement avec l’école secondaire afin d’étaler ou de reporter le paiement.

En 2013-2014, il y a eu entre 2% et 3% de familles par écoles secondaires qui se sont prévalus de ne pas payer les frais de surveillance de l’heure du dîner (3 à 5 familles par école).

 

 

 

   

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires