L’Autre école souligne ses dix ans

Photo de Charles Poulin
Par Charles Poulin
L’Autre école souligne ses dix ans
Environ 70 personnes ont assisté au gala de l'Autre école

Éducation – Le programme l’Autre école, mis sur pied conjointement par le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) comtés Iberville/Saint-Jean et la Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR), a fêté ses dix ans le 18 juin dernier en invitant ses anciens participants à un gala.

L’Autre école est un programme qui favorise le retour aux études et l’obtention du diplôme d’études secondaires (DES) des jeunes décrocheurs de la région dans un contexte d’apprentissage adapté à leurs besoins. La directrice générale du CJE, Martine Roy, a indiqué aux 70 personnes présentes que le programme était venu en aide à 498 jeunes depuis sa création.

«C’est entre 50 et 60 jeunes que nous accueillons chaque année à l’Autre école depuis ses débuts, de souligner cette dernière. Ce n’est pas rien. Ça nécessite un certain courage pour retourner aux études. C’est pourquoi il est important de souligner le dixième anniversaire du programme.»

Bel outil

La présidente de la Commission scolaire Andrée Bouchard, a tenu à préciser que l’Autre école était un outil important pour permettre aux jeunes adultes de retourner à l’école.

«Le système d’éducation essaye de faire entrer les jeunes dans des petites cases, mais ça ne marche pas toujours comme ça, soutient-elle. Je veux saluer votre courage et votre détermination, parce que personne ne peut vous enlever ce que vous avez réussi ici.»

Mme Bouchard ne pouvait toutefois confirmer si la CSDHR serait encore partie prenante du projet l’an prochain. Les budgets de la commission scolaire n’étaient pas encore finalisés le soir du gala.

La députée d’Iberville, Claire Samson, se reconnaît dans ces jeunes, elle qui a aussi décroché de l’école.

«Je veux vous dire que je vous admire, de préciser la représentante de la Coalition Avenir Québec. Moi aussi, j’ai décroché et je suis retournée aux études. Qui sait, peut-être allez-vous devenir député un jour!».

Histoires

Trois des jeunes qui ont participé à l’Autre école au fil des ans, Anne-Élysabeth Breault-Brisson, Roxanne Boulay et Jean-François Bibeau, ont livré un témoignage sur ce qu’ils ont vécu pendant leur apprentissage au CJE.

«J’avais beaucoup de difficultés à l’école, surtout parce que je devais attendre longtemps après les réponses des professeurs dans une classe de 30 élèves, raconte Jean-François. J’ai doublé deux fois et dès que j’en ai eu l’occasion, je suis allé faire mon cours en boucherie pour arrêter l’école. On m’a dit que je ne travaillais pas assez vite, que j’étais trop minutieux et que je n’aurais jamais d’emploi en boucherie. J’ai passé deux ans à essayer de me trouver un job avant d’aboutir au CJE et à l’Autre école. Aujourd’hui, il me reste seulement quelques cours avant d’obtenir mon DES. Je vais aller en technique de comptabilité l’an prochain.»

De son côté, Anne-Élizabeth a décroché de l’école après avoir complété des cours de deuxième et troisième secondaire. Après plusieurs emplois et un passage à vide, elle s’est retrouvée à l’Autre école. «Le support et la confiance des gens ici m’a énormément aidée», avoue-t-elle.

Roxanne raconte qu’avec l’Autre école, elle se dirige maintenant, à 24 ans, vers le domaine de ses rêves: la coiffure.

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires