Rage du raton laveur: début de la campagne de vaccination

Rage du raton laveur: début de la campagne de vaccination

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MNRF) déposera 70 000 vaccins dans la nature, d’ici au 2 mai. Le but de l’opération: prévenir la rage chez les ratons laveurs, les mouffettes et les renards près de la frontière américaine. Depuis deux ans, aucun animal n’a été trouvé porteur de la maladie au Québec. Un résultat extrêmement encourageant pour l’équipe qui lutte depuis 2006 contre la rage du raton laveur. Malgré cette bonne nouvelle, pas question de ranger les armes. La menace d’une épidémie est toujours bien réelle. En fait, le danger vient essentiellement des États-Unis. Au Vermont, 28 animaux ont été trouvés porteurs de la rage en 2011. Cette année, 16 bêtes atteintes de la maladie ont déjà été rapportées, dont près de la moitié ont été repérées près de Burlington. L’opération qui a débuté sous la pluie lundi vise donc à contrer rapidement le danger en protégeant les animaux. Une équipe de trappeurs ira déposer des appâts vaccinaux sur un territoire d’un millier de kilomètres carrés. La zone ciblée correspond à une bande de dix kilomètres au nord de la frontière avec les États-Unis. Dans la région, on verra ainsi les trappeurs à Venise-en-Québec, Saint-Georges-de-Clarenceville, Noyan, Lacolle et Saint-Bernard-de-Lacolle. Les appâts, qui ressemblent à de grosses olives vertes, seront déposés dans les zones boisées, les cours d’eau, sous les cabanons et même à l’entrée des terriers. L’odeur de sirop d’érable qu’ils dégagent attirera les mamans, les papas et leurs petits qui y croqueront à belles dents. Prévention Cette première opération sera suivie d’un épandage massif de vaccins, du 20 au 24 août. Un peu plus de 600 000 doses seront déposées au sol grâce à des opérations aériennes et terrestres. On couvrira un immense secteur de plus de 12 000 kilomètres carrés, en Montérégie et en Estrie. Les autres municipalités du Haut-Richelieu, ainsi que la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, seront alors visitées. «Nous utiliserons environ 400 000 doses de moins par rapport à l’an dernier, indique le coordonnateur au piégeage pour le MNRF, Pierre Canac-Marquis. Nous allons nous concentrer davantage sur les zones à haut risque.» À deux dollars de l’appât vaccinal, cela représentera une économie de 800 000$ pour le gouvernement. Pourtant, on estime que les bêtes seront tout aussi bien protégées. «Des études nous ont permis de déterminer que ces animaux ne bougeaient pas beaucoup. Les ratons passent leur vie dans un rayon de quatre kilomètres carrés. Ils se tiennent dans les boisés, les vieux bâtiments et les petites voies d’eau. En orientant bien l’épandage, nous pouvons tous les rejoindre», souligne Pierre Canac-Marquis. Signalements Pour aider les équipes sur le terrain, le MNRF invite les citoyens à signaler la présence des ratons laveurs, des mouffettes et des renards morts, désorientés, paralysés ou anormalement agressifs. «Notre défi est de garder l’intérêt du public, car les gens sont nos yeux sur le terrain. Comme il n’y a pas de cas, on sent une baisse de la vigilance. Nous allons faire plusieurs campagnes dans les médias pour rappeler aux citoyens l’importance de signaler les animaux», indique Pierre Canac-Marquis. Rappelons que la rage est une maladie mortelle pour l’humain. Elle se transmet par la salive. Un simple contact avec un animal domestique infecté peut s’avérer fatal. Dès que les symptômes se manifestent, les médecins ne peuvent rien faire pour sauver la vie du patient. Il est toujours possible de signaler les animaux en joignant Services Québec au 1 877 644-4545 ou en remplissant le formulaire en ligne sur le site Internet www.rageduratonlaveur.gouv.qc.ca. Cas de rage du raton laveur au Québec: 2012: 0 2011: 0 2010: 0 2009: 2 2008: 32 2007: 66 2006: 4 Cas de rage du raton laveur au Vermont: 2012: 16 2011: 28 2010: 54 2009: 66 2008: 75 2007: 165 2006: 73

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires